accueil - Actualités - Une équipe mobile se met en place à Châlons-en-Champ

Une équipe mobile se met en place à Châlons-en-Champagne

Faciliter l’accès et la continuité des soins psychiatriques à domicile pour des patients sur le secteur châlonnais : telle est la mission de l’Équipe de Soins Psychiatriques Intensifs à Domicile, dénommée ESPID. Les infirmiers y auront toute leur place. L’équipe est en cours de recrutement.

« Avec la crise sanitaire, on observe un mal-être grandissant, un isolement et un retard de prise en charge », constate le Dr Clémence Renelleau, médecin psychiatre sur le pôle Sud Marne, service d’Épernay. Pour éviter certaines hospitalisations, l’Établissement Public de Santé Mentale (EPSM) de la Marne travaille sur la mise en place d’une Équipe de Soins Psychiatriques Intensifs à Domicile (ESPID).

Un projet initié par le Dr Bernard Rousselot, ancien chef du pôle châlonnais, que le Dr Clémence Renelleau et le Dr Anis Dammak, chef du pôle Sud Marne, ont repris et adapté. « Lors de mon internat, j’ai effectué un stage de six mois en hospitalisation à domicile, dans le service universitaire de psychiatrie au CHU de Bordeaux, raconte-t-elle. Une équipe mobile se déployait depuis plusieurs années et avait fait ses preuves. Les hospitalisations avaient diminué et certaines d’entre elles avaient même pu être évitées. Ce stage m’avait beaucoup plu. »

Avec la fermeture temporaire de l’unité d’admission U3 sur le secteur châlonnais, la création de cette ESPID au sein de l’EPSM de la Marne prend tout son sens. À qui s’adresse-t-elle ? Aux patients adultes suivis par le secteur châlonnais soit en ambulatoire, soit à la sortie d’une hospitalisation, avec leur consentement. « Avant d’entrer dans le dispositif, une évaluation est effectuée par le médecin soit au domicile de la personne, soit dans l’unité où elle est hospitalisée, explique ce psychiatre. À terme, les patients pourront être orientés vers ce dispositif par les médecins traitants. »

Des infirmiers recherchés

Chaque patient suivi par l’ESPID recevra la visite au moins une fois par jour soit du médecin psychiatre, soit de l’Infirmier en Pratique Avancée (IPA), soit d’un infirmier. « En début de semaine, ce sera plutôt celle du médecin pour évaluer l’état du patient et prescrire éventuellement un traitement médicamenteux ; en fin de semaine, plutôt celle de l’IPA pour renouveler la prescription si nécessaire et assurer la coordination avec d’autres acteurs de soins, précise le Dr Clémence Renelleau. La prise en charge étant intensive, l’idée est que cette équipe se déplace tous les jours chez les patients même le week-end et les jours fériés. »

Pour cela, cette équipe mobile sera composée d’un médecin psychiatre, d’un IPA à mi-temps, d’au moins 4 infirmiers pour commencer, d’un psychologue à mi-temps, d’une secrétaire à 20 % et d’une assistante sociale à 10 %. « La prise en charge sera globale, souligne le médecin psychiatre. Il n’y aura pas que des soins. Tout un travail sera également à mener avec le patient et la famille autour de l’éducation à la santé pour améliorer la qualité de vie de la personne suivie. » Dans ce cadre, les infirmiers prendront toute leur place. « Tous les jours, ils auront un rôle de réévaluation clinique et d’accompagnement dans les soins que ce soient somatiques ou psychiatriques, aller à des examens complémentaires, trouver un médecin traitant, mettre en place de l’aide à domicile…, indique-t-elle. Se déplacer au domicile des patients permet de se rendre compte de certaines problématiques que l’on ne voit pas forcément lorsqu’ils sont hospitalisés. » Cette prise en charge intensive sera limitée à un mois, renouvelable une fois.

L’équipe est en cours de constitution. Des infirmiers sont encore recherchés. Dès que l’ESPID sera au complet, elle pourra se déployer sur le territoire châlonnais dans un premier temps. Avant de s’étendre à d’autres services.