accueil - Actualités imprimer

Actualités

SISM Châlons-en-Champagne à la bibliothèque Pompidou

13/02/2017

Un CINE - DEBAT met en scène les patients du Centre Ophélie !
Ouvert à tous, sans réservation.

Jeudi 30 mars 2017 à 18h30, l’EPSMM et la bibliothèque municipale G. Pompidou s’associent et vous proposent un ciné-débat sur le thème "Santé mentale et travail" :

. Projection du film "Au-delà des maux" de Stéphane LECYN, tourné au Centre Ophélie
. Table ronde avec les interventions du Dr Bernard ROUSSELOT, médecin-psychiatre, Chef de Pôle de psychiatrie adultes Châlons - Adeline BOURRIN TISSERON, psychologue - Maud HALLIER SANCHIZ, psychologue clinicienne à la Mission Locale et les professionnels du Centre Médico-Psychologique Ophélie.
. Débat avec le public

Un programme bien fourni pour les SISM 2017 à Reims

23/01/2017

Du 13 au 25 mars, vous pourrez participer à diverses manifestations grâce à la mobilisation des patients et des professionnels !

Lundi 13 mars de 17h30 à 20h30 : Conférence d’ouverture sur le thème "Santé mentale et travail" à la Salle des Fêtes de l’Hôtel de Ville de Reims.
. Intervention de Pascale MOLINIER, Professeur de psychologie sociale à l’université de Paris XIII "Travail, créativité et normes" et du Dr Anne-Françoise BERTIN, Chef du Pôle Addictologie de l’EPSMM.

Du samedi 11 mars au vendredi 31 mars (du lundi au vendredi de 9h à 22h30 et le samedi de 9h à 20h) : le collectif Artaud, le GEM La Locomotive et l’association Humapsy proposent la 7ème édition de la "Semaine de la Folie Ordinaire".

Exposition d’oeuvres originales - vernissage le mercredi 15 mars à 18h.
Maison de la Vie associative - 122 bis rue du Barbâtre - 9 rue Eugène Wiet - Reims

Du lundi 13 mars au vendredi 31 mars : Exposition "Un monde d’objets" organisée par le CaféGEM. Réalisée par les adhérents dans le cadre du soutien des pratiques artistiques du CaféGEM sous l’égide de l’artiste Sandrine RABOUAN.
Vernissage : vendredi 17 mars à 17h.
Espace Flambeau - Maison de Quartier Jean Jaurès - 13 rue de Bétheny - Reims
Ouvert du lundi au vendredi de 14h à 18h30 et le mercredi de 9h à 12h.

Vendredi 17 mars de 13h à 18h : l’UNAFAM propose un stand d’information dans le Hall du C.H.U. Robert debré - Rue du Général Koenig - Reims

Mercredi 22 mars de 17h45 à 21h30 : le collectif Artaud vous invite à participer à un "chantier ouvert au public" : spectacle, débat.
Maison Commune du Chemin Vert - Place du 11 novembre - Reims

Du mardi 14 au lundi 20 mars de 9h à 17h : le CMP Maupassant du C.H.U. de Reims vous invite à l’exposition des oeuvres de l’atelier expression-création "Garance" du CATTP.
Vernissage : mardi 14 mars à 14h en présence des créateurs.
Centre de Recherche d’Etude et de Formation (CREF) - Rue Pierre Bérégovoy - Cormontreuil

Mercredi 15 mars à 17h : le CaféGEM propose une restitution des ateliers slam par Brice Verdure de Slam Tribu.
CaféGEM - 27 rue Jean d’Aulan - Reims

Jeudi 16 mars de 14h à 16h30 :
. Portes ouvertes à l’Hôpital de Jour Voltaire. Exposition des différents ateliers "Aptitudes : entre représentations et réalités".
Hôpital de Jour Voltaire - 13 rue Voltaire - Reims
. Portes ouvertes au centre de post cure l’Amitié : visite de l’établissement, présentation des activités, distribution du fanzine...
Centre de post cure l’Amitié - 33 rue Saint Symphorien - Reims

Lundi 20 mars à 11h : journée en partenariat entre l’UNAFAM et l’ESAT ELISA 51
Présentation de l’ESAT le matin et de ses ateliers l’après-midi. Découverte du restaurant "Les Délices d’Elisa".
Inscription avant le 4 mars au 06.73.66.13.02 ou 51@unafam.org

Vendredi 24 mars à partir de 18h : "Le travail, c’est la santé !". Scène ouverte organsiée par le CaféGEM, Renseignements du lundi au vendredi de 14h à 17h au 03.26.47.96.31 ou cafegemadm@orange.fr

Cérémonie des voeux à l’EPSMM

09/01/2017

L’EPSMM poursuit la mise en place de ses grands chantiers !

Jean-Louis DEVAUX - Président du Directoire, Xavier DOUSSEAU - Directeur d’établissement et le Dr Eric WARGNY - Président de la CME se sont rejoints afin de présenter une rétrospective de l’année 2016 et les projets 2017 aux agents de l’EPSMM venus nombreux à la cérémonie des voeux.

L’année 2016 a été marquée par l’adoption de la loi santé du 26 janvier, incluant pour l’EPSMM des points d’importance : les Groupements Hospitaliers de Territoire, la protection des patients, les Communautés Psychiatriques de Territoire. L’établissement poursuit son effort de restructurations, reconstructions et achats de bâtiments afin d’améliorer encore les conditions d’accueil et de prise en charge des patients.

Le recrutement des compétences médicales a été l’enjeu majeur de 2016, il le reste pour 2017 afin de poursuivre la mise en place des grands chantiers : l’intégration de la psychiatrie adultes du CHU au sein de l’EPSMM, la prise en charge globale des addictions, le développement de la gérontopsychiatrie et le projet d’unité de crise pour les adolescents ; tout en gardant à l’esprit l’amélioration constante de la qualité des soins et de la gestion des risques.

"Discipline au carrefour du sanitaire et du social, la psychiatrie reflète les paradoxes de notre société : soigner tout en respectant la liberté le plus possible, protéger la personne parfois contre elle-même et garantir la sécurité de l’entourage : injonctions parfois contradictoires, tension toujours dynamique qui fait la difficulté mais aussi la grandeur et la noblesse de notre / votre métier". a conclu Xavier DOUSSEAU

Octobre 2016 : l’EPSMM ouvre un pôle de GERONTOPSYCHIATRIE

11/10/2016

Des équipes mobiles à domicile et dans les EHPAD.

La tranche de population des plus de 60 ans représente plus de 23% de la population totale du département de la Marne. Cette population est marquée par certaines particularités dans sa prise en charge, au niveau gérontopsychiatrique :
. particularités cliniques,
. particularités thérapeutiques,
. intrication avec les pathologies somatiques,
. contexte d’affection neurodégénérative.

L’intersecteur de gérontopsychiatrie s’adresse à la population sud et ouest marnaise. La population concernée est celle des patients âgés (+ de 65 ans), à domicile ou en EHPAD, présentant une pathologie psychiatrique d’apparition tardive : dépression tardive, manie tardive, délire et hallucinations du sujet âgé, affection neurodégénérative...

Il est constitué dans un premier temps de deux équipes mobiles, l’une pour le secteur châlonnais et l’autre pour le secteur d’Epernay, en attendant la création d’une troisième équipe pour les secteurs de Vitry-le-François et Sézanne. La gérontopsychiatrie ne se substitue pas à la psychiatrie de laision qui intervient dans différents services des hôpitaux généraux, y compris en gériatrie. En revanche, les psychiatres de liaison peuvent demander un avis à leurs confrères/consoeurs de gérontopsychiatrie en tant que spécialité de la psychiatrie.

Le pôle de gérontopsychiatrie, située provisoirement 34 Bd Grandthille à Châlons-en-Champagne, déménage et investit, à compter de décembre 2016, de nouveaux locaux au 9 rue Edmond Buat. Un travail de développement sur le nord marnais est en cours, en collaboration avec le C.H.U. de Reims et un point de consultation se prépare à Epernay.

Développement Durable

07/09/2016

Depuis mi 2012, afin de rendre l’hôpital plus responsable, et avec l’appui du C2DS (Comité pour le Développement Durable en Santé), l’établissement adopte la politique des petits pas et trouve des moyens pour agir.

Démarche transversale, elle est pilotée par un comité pluriprofessionnel (Direction des soins, Direction des Services Economique Logistique Technique et Informatique, Direction de la communication) : le groupe développement durable.

L’EPSM de la Marne s’attache à mettre en place une stratégie de développement durable. Le guide du développement durable répertorie les différentes actions, petites ou grandes, les comportements et gestes simples qu’il est possible d’intégrer à la vie courante, afin d’améliorer la qualité de notre environnement.

Ce guide a été imprimé sur papier recyclé.

Le CAMP inaugure ses nouveaux locaux

17/06/2016

A Reims, l’EPSM de la Marne investit 1,456 millions d’euros dans de nouveaux locaux pour un Centre de consultations et de prises en charge thérapeutique en addictologie.

Depuis plusieurs années, l’EPSMM recherchait un lieu plus adapté pour l’accueil des patients suivis en addictologie sur le secteur rémois. Le CAMP était situé antérieurement rue de Courcelles, dans des locaux provisoires. L’emménagement au 12, rue des Elus permet des conditions d’accueil des patients et des conditions de travail pour le personnel dans une structure adaptée et dédiée à cette activité.

L’inauguration de ces locaux aura lieu le Vendredi 17 juin.

"Y’a pas de raison" : une soirée intense du collectif Artaud !

25/04/2016

Un récit de Sébastien DAUX, président du GEM "La Locomotive", vice-trésorier du club "Le Grillon", ainsi que trésorier d’Humapsy et accessoirement (mais important) patient du centre Antonin Artaud !

Outre les différents tableaux présentés par les clubs et composantes du service ZR4, trois tables rondes ont été organisées.

La première a permis de mettre l’accent sur les Groupements Hospitaliers de Territoires (G.H.T.) qui vont peut être déboucher sur la fin de la pratique de secteur et entraîner la fin de la psychothérapie institutionnelle telle que nous la connaissons. La discussion fut intéressante et la mobilisation qui s’en est suivie montre qu’elle fut importante, notamment pour l’information des patients et des familles sur ce sujet sensible.

La deuxième table ronde a apporté un éclairage sur les journeaux, réalisés par les patients, qui existent dans les services animés par des collectifs comme "Et tout et tout" à Asnières, les "Nouveaux cahiers pour la folie" à Paris et "La gazette" à Artaud. Un travail conséquent !

La troisième table ronde a donné la parole à l’écrivain Didier DAENINCKX pour son ouvrage "Caché dans la maison des fous". L’histoire se situe en 1943, dans un "asile de fous" à Saint-Alban-sur-Limagnole où les psychiatres Lucien BONNAFE et François TOSQUELLES accueillent des maquisards et des persécutés, au sein desquels Denise GLASER (future présentatrice de télévision des années 60), Paul ELUARD (poète) et son épouse. C’est en les cachant au milieu des patients qu’ils vont les protéger. L’observation des liens qui se créent, des activités mises en place pour survivre pendant ces temps de guerre, des créations artistiques des patients soutenus par les réfugiés... poseront les bases de la psychothérapie institutionnelle.

Il y a aussi eu du rap avec Hakim et Faïza, "L’auberge espagnole" interpétée par le club "Atout coeur", les lectures théâtralisées avec un tribunal un peu "fou" et une adaptation très réussie du sketch de Raymond DEVOS "Parler de rien ?".

"Cette soirée a été une belle réussite ! Pour ceux qui n’ont pas pu venir, il reste quelques revues et badges consacrés à la SDLFO. J’oubliais la fanfare et les percussions de Sholem : c’était trop bien, l’atelier écriture : super ! Merci à toute l’équipe, chapeau et à l’année prochaine !".

Une première à Vitry-le-François pour les SISM

07/04/2016

Environ 150 personnes pour une conférence à plusieurs voix !

Dans le cadre des Semaines d’Information sur la Santé Mentale, la Mairie de Vitry-le-François, avec la collaboration de l’EPSMM, a organisé une conférence-débat sur le thème « santé physique, santé mentale : un lien vital », le mardi 22 mars. C’est à 17h30 que la Salle du Manége a ouvert ses portes afin que le public puisse faire le tour des stands des partenaires : l’UNAFAM, la Passerelle Jeunes, le CSAPA (Centre de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie), l’APEI (Association des Parents et Amis des personnes Handicapées Mentales)...

Le Dr Alexandre VALENTE, psychiatre au CMP/CATTP de Vitry le François a ouvert la soirée en présentant les répercussions de la souffrance psychique sur la souffrance physique. A titre d’exemple, l’espérance de vie des patients schizophrènes est réduite de 20%, pour les personnes bipolaires cela peut représenter entre 8 et 10 ans d’espérance de vie en moins. Ce phénomène peut s’expliquer par un mode de vie à risques : une mauvaise hygiène alimentaire, une conduite addictive, un moindre recours au système de soins... et un manque d’activité physique. Le corps apparaît comme un médiateur, des troubles psychosomatiques peuvent survenir et il faut réussir à repérer la véritable maladie.

Grâce aux comédiens de la troupe « La Barque » du GEM « La Luciole », dirigé par Jean-Claude FONT-ROUGET, arthérapeute, cette conférence a été entrecoupée de saynètes de théâtre, illustrant la relation à l’autre et le lien physique/psychique ; nous prouvant les bienfaits de l’expression quelle soit artistique ou sportive. Ces différentes activités donnent aux patients la possibilité d’évoluer, de prendre du plaisir, de rire de leurs erreurs ou leurs handicaps, d’exprimer des sentiments, de developper confiance en soi et aptitude sociale.

Marc TRUFFAUT a présenté la Fédération Française de Sport Adapté dont il est le président. Cette fédération est dédiée au service des personnes en situation de handicap mental ou psychique. Le but est d’offrir à ces personnes la possibilité de vivre la pasion du sport de leur choix, de leur permettre d’accéder aux mêmes installations que les autres sportifs et de faciliter leur intégration. A titre indicatif : 60.000 sportifs, dont 70 de haut niveau, sont licenciés et 3.500 rencontres sportives, dans 82 disciplines différentes, sont organisées à l’année.

L’animation de cette soirée a été assurée par deux modérateurs : Anne PATRIS, directrice régionale de l’IREPS (Instance Régionale d’Education et de Promotion de la Santé) et Jean-Baptiste MAITROT, cadre de santé au Centre Hospitalier de Châlons-en-Champagne.

Châlons-en-Champagne : Conférence/débat et expo pour les SISM

07/04/2016

Un partenariat réussi avec la bibliothèque George Pompidou

Florent Paroche, psychologue et Anne-Sophie Gaumont, éducatrice spécialisée à l’UMD (Unités pour Malades Difficiles) ont ouvert la conférence en présentant les bienfaits avérés de l’activité physique pour des patients schizophrènes. Les témoignages des patients confirment que le sport est un des pivots de leur reconstruction. Il permet la restauration de l’estime de soi, du lien social et de l’empathie quand il est pratiqué en groupe. Les séances de sport rythment leur quotidien.

Le sport est utilisé comme un soin, une psychothérapie, sans y ressembler vraiment. C’est également ce qui ressort des expériences vécues par les professionnels du CATTP Bayen : Philippe BERTHE et Corinne BUCK qui utilisent l’activité physique comme moyen de réinsertion et de resocialisation.

Fabien LEGRAND, Maître de conférence à l’université de Reims, nous a présenté les travaux de recherche qu’il mène sur le rôle antidépresseur de l’activité physique. Ces études lui ont permis de mesurer l’impact thérapeutique de l’exercice physique au sein de populations déprimées et d’en démontrer l’efficacité (Fabien LEGRAND a notamment mené une étude à U3).

Tout au long de cette conférence, le Dr Aurélie Tombelaine, psychiatre, a facilité et rythmé les échanges entre la salle et les professionnels afin d’approfondir et de synthétiser les débats.

Cette conférence, organisée en collaboration avec la bibliothèque G. Pompidou, était accompagnée d’une exposition sur les structures de psychiatrie dans la Marne et des témoignages de professionnels et de patients.

Soirée d’ouverture des SISM à Reims

07/04/2016

« Le corps dans tous ses états » était le thème de la conférence d’ouverture des SISM à Reims.

Une table ronde animée par le Dr Patrick Chemla, qui a permis à Claude Guy, psychanalyste de présenter son ouvrage « Ce corps en héritage » à travers différents cas cliniques étudiés et son expérience personnelle. « Le corps reste lié aux générations antérieures et cette transmission inconsciente prend souvent la forme d’une atteinte physique : maladie, symptômes, pulsions... En deça de la conscience, notre corps hérite alors des manques, des dysfonctionnements, des secrets... et devient pour le psychanalyste et son patient, une inscription à déchiffrer ».

En s’appuyant sur la lecture de cet ouvrage, le Pr Serge Bakchine a pu nous présenter son point de vue de neurologue en témoignant de ses expériences professionnelles et relever les différents points de corrélation entre la psychanalyse et la médecine.

Une manière de faire un pont entre le psychique et le somatique, et de se rejoindre sur le fait que l’écoute du patient est primordiale.

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8